VIETNAM

pays d'Asie du Sud-Est situé à l'est de la péninsule indochinoise, il compte environ 92,7 millions d'habitants. Les montagnes et les hauts plateaux occupent les deux tiers du territoire vietnamien.La population se regroupe principalement dans les plaines littorales, les deltas du fleuve Rouge et du Mékong.

La riziculture est économiquement très importante. Pour nourrir une population de plus en plus nombreuse, les cultures vivrières s'étendent aux collines grâce aux terrasses. Le Vietnam fait partie des 10 pays mondiaux qui cultivent et exportent le plus de riz dans le monde.

Les religions les plus répandues sont le culte des ancêtres, le bouddhisme, le confucianisme, le taoïsme, le catholicisme et le caodaïsme. Le culte des ancêtres est millénaire et constitue la plus vieille pratique religieuse du Vietnam. Le bouddhisme, quant à lui, est désormais la première religion du pays (55% de la population). La cuisine vietnamienne est délicieuse et variée. Le riz (sous diverses formes) en constitue la base et le nuoc mam le condiment principal. L’eau salée et l’eau douce fournissent abondamment poissons et crustacés. On utilise beaucoup de légumes et de plantes aromatiques. Les viandes les plus consommées sont le porc et le poulet, le bœuf est plus rare. Le plat le plus courant est, sans doute, le pho, un bouillon de bœuf (ou de poulet) avec nouilles, lamelles de viande et condiments.

 

Au milieu du XIXe siècle, la fermeture du pays au commerce étranger et au christianisme finit par entraîner un conflit avec la France : le Second Empire intervient en 1858 et s'empare du Sud du pays, qu'il annexe pour en faire la colonie de Cochinchine. Malgré de nombreux soulèvements nationalistes, les Français maintiennent leur contrôle sur le territoire vietnamien ; dans les années 1930, le Parti communiste indochinois, dirigé par Nguyen Aï Quoc, futur Hô Chi Minh, organise à son tour des insurrections, durement réprimées. En 1945, le Japon, qui occupait l'Indochine française depuis 1940, démantèle l'appareil colonial français pour prendre le contrôle du territoire. La reddition japonaise, quelques mois plus tard, permet au Việt Minh, front nationaliste dirigé par le Parti communiste de Hô Chi Minh, de prendre le pouvoir lors de la révolution d'Août. le conflit larvé débouche sur la guerre d'Indochine. les Français renoncent à poursuivre un conflit ingagnable sans le soutien des américains. Le Viêt Nam demeure cependant provisoirement divisé en deux, les communistes ayant le contrôle du Nord. le Viêt Nam devenant l'un des fronts les plus chauds de la guerre froide. Les États-Unis, désireux d'endiguer la progression du communisme en Asie, se substituent aux Français comme protecteurs du Sud Viêt Nam et aident Diệm à combattre l'insurrection communiste. L'intervention américaine, ravageant les infrastructures et l'environnement du Viêt Nam, échoue non seulement à mettre un terme à l'insurrection, mais étend le conflit armé au Laos et au Cambodge. La guerre, à la fin des années 1960, est de plus en plus impopulaire en Occident et les États-Unis cherchent une porte de sortie. De longues négociations aboutissent, en 1973, aux accords de paix de Paris et au retrait américain. Deux ans plus tard, le Nord Viêt Nam réalise son offensive finale contre le Sud ; le Viêt Nam, désormais entièrement sous contrôle communiste, est réunifié en 1976.

À partir des années 1980, le Viêt Nam entame sa propre perestroïka et libéralise son économie, s'affirmant progressivement comme un pays émergent dynamique. Le système politique demeure cependant autoritaire, le Parti communiste vietnamien gouvernant en tant que parti unique.

De la baie d’Hạ Long au delta du Mékong, de Hanoi, la capitale à l’architecture coloniale préservée, à Hồ Chí Minh-Ville, la grande cité du Sud, Le vietnam est une destination à la mode qui séduit de plus en plus de touristes mais reste encore préservé du tourisme de masse.

Maud DUPUY

© Tous droits réservés.

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© Maud DUPUY, Tous droits réservés.