IRLANDE DU NORD ET ORANGE DAY

L'orange day, cette fête loyaliste, regroupant les hommes, femmes et enfants montrant leur amour pour le Royaume-uni. En passant de République d'Irlande à l'Irlande du Nord, bien que la frontière soit aujourd'hui invisible, la différence frappe. L'ambiance n'est plus la même. Les irlandais du nord semblent tourmentés, les villes déprimées. Le poids de l'histoire s'avère visiblement compliqué à gérer.

 

A l'approche de l'Orange day, cela s'avère encore plus troublant. Au delà des séparations de quartiers, visibles 365 jours par ans, cette période de l'année (le 12 juillet) est le théâtre d'étonnants rituels : construire d'énormes tours en palettes, dans le but de les brûler et de pouvoir y jeter des drapeaux irlandais, des symboles républicains et des symboles de l'IRA, ce le soir du 11 juillet. Le lendemain, le défilé a réuni de nombreuses personnes partout dans le pays. Si cela ressemble à un rassemblement militaire, ces personnes sont principalement des volontaires. Dans les spectateurs, on ne compte plus les symboles et drapeaux du Royaume-uni.

 

A quelques kilomètres du centre ville de Belfast, le quartier "irlandais" est lui bien calme. Les fresques peintes sur les murs de la "paix", séparant les quartier loyalistes des unionistes, étonnent autant que la hauteur de ces même murs, couverts de barbelés. Derry ou Belfast, la sensation est la même : dans ces villes, c'est deux salles, deux ambiances.

Cette série de photographies est en deux temps : en premier, vous verrez des images sur la situation actuelle des villes : les quartiers républicains, les quartiers loyalistes. La division. En second, c'est une série sur l'Orange day en particulier, le défilé dans les rues de Belfast.

Maud DUPUY

Juillet 2019

© tous droits réservés.

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© Maud DUPUY, Tous droits réservés.